Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'un Picard en Luberon
  • : Le blog du grand!!!Cela fait maintenant 14 ans que vous me lisez assidûment et je vous en remercie. Mon but est de faire profiter mes amis des bons moments que je passe en Provence et dans mon activité de Maire,entouré d'une si belle nature ainsi que la rencontre d'amitiés très fortes.Vous avez droit à tous mes états d'âme sur mes lectures , spectacles expos,rencontres. Enfin tout ce que je pense!!!!!Mais avec humour,dérision et poésie.Ce blog a été créé pour donner de mes nouvelles à tous mes amis et tous mes patients de Picardie auxquels je reste très attaché et qui me le rendent bien en m'envoyant régulièrement des mots doux. De nouveaux articles paraissent très régulièrement.Il y en a maintenant plus de 1500. INSCRIVEZ VOUS A LA NEWSLETTER en donnant votre adresse mail à gauche du blog pour être prévenu automatiquement et de façon anonyme de la parution d'un nouvel article .Pour consulter tous les articles , cliquez sur "liste complète " à droite mais vous pouvez rechercher un sujet particulier dans la rubrique"rechercher"(à gauche) Pour voir les albums de photos à droite cliquez dessus et agrandissez les photos.
  • Contact

Recherchez Un Article Avec Un Mot Clé

Avant-propos

Les grincheux ,sectaires, conventionnels et intolérants n'ont pas accès à ce blog.
J'essaie en effet d'y retrouver l'amitié, la tolérance , la dérision , la confidence ,la poésie et l'amour de la nature.

Ceux qui m'acceptent tel que je suis sont les bienvenus.       

Voici des fruits , des fleurs , des feuilles et des branches,
Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous ,
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux
                                                    Paul Verlaine

 

5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 09:05

Je vous livre un article très intéressant paru dasn une revue médicale sérieuse et documentée.ATTENTION il n'est pas question de traiter le cancer par homéopathie mais d'utiliser celle-ci en appoint.J'avoue que c'est une découverte pour moi,allopathe tolérant pour toutes les formes de médecine.Bonne lecture.

 

Des consultations d'homéopathie dans les centres hospitaliers, des patients ayant un cancer recevant ce type de traitement, non pas bien sûr pour traiter leur pathologie mais comme soins de support, cette médecine complémentaire fait bouger les lignes sous la pression des patients et de certains cancérologues qui ne disent plus "non, mais… peut-être".

 

L'homéopathie n'est plus bannie des hôpitaux. Les paroles se libèrent grâce aux patients et à certains médecins hospitaliers. Des consultations qui lui sont consacrées commencent à apparaitre dans des centres hospitaliers. En juillet dernier, le journal Le Monde annonçait le lancement par l'AP-HP d'une "évaluation des médecines dites complémentaires", concernant "ostéopathie, acupuncture et homéopathie". Et cette dernière commence à s'imposer dans le saint des saints, les services de cancérologie, dans le domaine des soins de support. Les laboratoires Boiron viennent d'y consacrer un colloque avec la présence de nombreux spécialistes français et étrangers. Il a permis de mesurer le chemin  parcouru.

 

"Il y a quelque chose..."

 

Aujourd'hui, plus d'un tiers des patients atteints de cancer en Europe ont recours, à coté des traitements spécifiques de la tumeur, aux médecines complémentaires, l'homéopathie en premier lieu. La dernière étude française publiées en juin 2010 fait état de l’utilisation des médecines complémentaires par 60 % des patients en cours de traitement pour un cancer à Paris. Ce chiffre confirme ceux d'une autre étude menée à Strasbourg en 2007, relevant 37 % d'utilisatrices de l'homéopathie chez des femmes ayant un cancer du sein. Cela signifie qu’en France, sur les deux millions de personnes concernées par la maladie cancéreuse, 700 000 ont recours à l’homéopathie.

 

Le Dr Jean-Philippe Wagner, médecin oncologue, a mis en place il y a 4 ans à Strasbourg une consultation homéopathique. Ce praticien, pionnier pour les soins de support insiste d'abord sur le fait "qu’il faut arrêter de parler de médecines parallèles ou alternatives, concept qui n'existe pas en cancérologie, mais utiliser le terme de médecines complémentaires". Il a souligné que "les patients cancéreux ayant une longue survie (2,5 fois la durée médiane, comme David Servan Schreiber par exemple) avaient souvent  recours aux médecines complémentaires. C’est donc qu’il y a quelque chose…" Il note que si de nombreux médecins étaient farouchement opposé à ce type de médecine il y a quelques années, leur propos est aujourd'hui beaucoup plus mesurés et ils acquiescent souvent : "allez y, faites de l’homéopathie, de l’acupuncture". Il ne s’agit pas de proposer de nouveaux traitements du cancer fondés sur la méthode homéopathique. Ce type de médecine est essentiellement utilisé pour compléter  les soins de support.

 

"Si l’homéopathie n’est pas un traitement du cancer, elle peut soutenir et améliorer l’état général pendant les traitements tout en diminuant leurs effets secondaires" confirment le Pr Ivan Krakowski, oncologue médical (centre Alexis-Vautrin, Vandoeuvre-lès-Nancy) et le Dr Wagner.

 

Par son approche globale de la personne malade, conjointement aux traitements oncologiques spécifiques, l’homéopathie répond aux critères des soins de support, "l’ensemble des soins et soutiens nécessaires aux personnes malades, parallèlement aux traitements spécifiques lorsqu’il y en a, tout au long des maladies graves" (recommandation 42 du plan cancer 2009-2013). Les soins de support impliquent la pluri-disciplinarité et une coordination d’un nombre important de professionnels : médecins spécialistes et généralistes, spécialistes de la douleur, psychologues, kinésithérapeutes, travailleurs sociaux, esthéticiennes, pharmaciens hospitaliers et d’officine…

 

"Anticiper"

 

L'homéopathie y est utilisée notamment pour combattre les effets iatrogènes des traitements : nausées, vomissements, diarrhée, amaigrissement, asthénie, anorexie, états dépressifs, xérose tissulaire, troubles des phanères, neuropathies périphériques. Médecin généraliste et homéopathe à Troyes, le Dr Jean-Claude Karp souligne qu’il faut prescrire les médecines complémentaires "avant l’arrivée des symptômes, anticiper".

 

François Roux, pharmacien à Toulouse, note que de plus en plus de patients cancéreux demandent des conseils en officine. "Auparavant, on ne voyait pas ce type de patients en ville." Il souligne un besoin de formation des pharmaciens de ville sur ce sujet d'autant que dans la loi HPST, le pharmacien d’officine doit contribuer à l’éducation des patients et au suivi des pathologies chroniques

 

"L’homéopathie ne guérit pas bien sûr le cancer, n’empêche pas tous les effets secondaires, mais c’est un plus et j’ai beaucoup de patients qui me demandent : pourquoi le médecin ne m’en a pas parlé ?" Il est donc essentiel de travailler à une meilleure intégration de l’homéopathie dans les services hospitaliers, souligne le Dr Karp, "d’autant qu’elle accompagne le patient depuis l’annonce du diagnostic (combattre le stress …) jusqu’au traitement médicament ou à la chirurgie".

 

Premier moyen complémentaire pour les patients

 

Cet essor des médecines complémentaires est observé aussi Outre-Atlantique. Pour les Etats-Unis, la plupart des auteurs s’accordent sur une fréquence de recours aux médecins complémentaires de l’ordre de 30 à 40 % dans la population générale et de 70 à 80 % en cancérologie. Ces traitements font d'ailleurs l’objet d’enseignements dans de nombreuses facultés : 15 % des hôpitaux américains proposent des soins de ce type et de nombreuses recherches sont effectuées pour valider ces traitements.

 

En Europe, 35 % des patients cancéreux européens ont recours à des médecines complémentaires et alternatives, notamment pour aider leur organisme à lutter contre la maladie et à améliorer leur bien-être physique et émotionnel. En France, l’Aerio (Association d’enseignement et de recherche des internes en oncologie) a réalisé une étude observationnelle multicentrique évaluant l’utilisation des médecines complémentaires par les patients suivis en oncologie en France. De janvier à mars 2010, 850 patients d’hôpitaux de jour d’oncologie ou d’hématologie de 18 centres dans tout l'Hexagone ont reçu un questionnaire anonyme. 844 questionnaires ont été analysés. 60 % de ces patients se sont tournés vers les médecines complémentaires au cours de leur prise en charge, sans toutefois en faire part à leur médecin pour près de la moitié d’entre eux (Rodrigues M et al, Eurocancer 2010). Parmi les moyens complémentaires ayant la faveur des patients, l’homéopathie arrive en tête (33 %) suivie de différents régimes alimentaires : acides gras oméga-3 (28 %); vitamine C (23 %) à égalité avec les probiotiques (23 %), régimes alternatifs (22 %) et enfin le thé vert (20 %).

 

Donner du sens à la maladie

 

Anne-Cécile Bégot, sociologue (Cnrs-Ephe, Paris) a réalisé une étude financée par l’InCA dans laquelle elle s’est entretenue avec 40 volontaires ayant un cancer. Elle a mis en évidence, lorsque ses patients parlent des médecines complémentaires, quatre types de profil. Pour le premier type de patient, ces médecines leurs permettent de traiter les effets secondaires de la chimiothérapie. Le second type les utilisent, disent-ils, pour combattre l’angoisse et l’incertitude. Pour le troisième type de patient, y avoir recours c’est être acteur de son bien-être et pour le dernier type de profil, avoir recours à cette médecine donne du sens à la maladie.

 

Il est clair que l’homéopathie ne peut pas se soustraire à l’évaluation médicale alors que longtemps, elle s’y est refusée. Afin de pouvoir proposer une prise en charge complémentaire à tous les patients, il reste donc deux questions essentielles à résoudre :

 

  • Apporter la preuve de l’efficacité : il est clair que pour résoudre cette question de nouveaux modes d’évaluation sont nécessaires, les études randomisées en double aveugle n’étant pas adaptées à cette forme de prise en charge globale.
  • Trouver de nouveaux modes organisationnels : il est évident qu’il faut adapter les centres de cancérologie à la prise en charge globale en créant des départements de médecine intégrée comprenant des locaux adaptés et organisant des réunions de coordination et de concertation pluridisciplinaires. L’une des missions de ces départements sera la recherche notamment sur les interactions potentielles positives ou négatives entre les traitements oncologiques et les thérapies complémentaires.

 

Tous les acteurs de santé qui participent à la prise en charge des patients ne peuvent plus aujourd’hui faire l’impasse sur l’importance des médecines complémentaires. L’essentiel est que cette démarche vienne enrichir ou compléter la prise en charge médicale, sans détourner le patient des traitements de référence, seuls reconnus, à juste titre, comme efficaces.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Ma citation

De mes erreurs de jeunesse,ce qui me contrarie le plus n'est pas de les avoir commises mais de ne plus pouvoir les refaire

Philosophie personnelle

Que la dérision nous apporte la légéreté,la modestie et la réflexion sur le sens de notre vie.
                                Juju