Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'un Picard en Luberon
  • : Le blog du grand!!!Cela fait maintenant 14 ans que vous me lisez assidûment et je vous en remercie. Mon but est de faire profiter mes amis des bons moments que je passe en Provence et dans mon activité de Maire,entouré d'une si belle nature ainsi que la rencontre d'amitiés très fortes.Vous avez droit à tous mes états d'âme sur mes lectures , spectacles expos,rencontres. Enfin tout ce que je pense!!!!!Mais avec humour,dérision et poésie.Ce blog a été créé pour donner de mes nouvelles à tous mes amis et tous mes patients de Picardie auxquels je reste très attaché et qui me le rendent bien en m'envoyant régulièrement des mots doux. De nouveaux articles paraissent très régulièrement.Il y en a maintenant plus de 1500. INSCRIVEZ VOUS A LA NEWSLETTER en donnant votre adresse mail à gauche du blog pour être prévenu automatiquement et de façon anonyme de la parution d'un nouvel article .Pour consulter tous les articles , cliquez sur "liste complète " à droite mais vous pouvez rechercher un sujet particulier dans la rubrique"rechercher"(à gauche) Pour voir les albums de photos à droite cliquez dessus et agrandissez les photos.
  • Contact

Recherchez Un Article Avec Un Mot Clé

Avant-propos

Les grincheux ,sectaires, conventionnels et intolérants n'ont pas accès à ce blog.
J'essaie en effet d'y retrouver l'amitié, la tolérance , la dérision , la confidence ,la poésie et l'amour de la nature.

Ceux qui m'acceptent tel que je suis sont les bienvenus.       

Voici des fruits , des fleurs , des feuilles et des branches,
Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous ,
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux
                                                    Paul Verlaine

 

13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 23:22

steve_jobs_dessin000.jpg La mort est un sujet tabou en France.Les gens fuient devant ce sujet de discussion et encore plus quand il s'agit de leur propre mort.Pourtant c'est un passage obligé comme celui de la naissance mais notre civilisation occidentale ressent la mort comme un échec de la vie.C'est sans doute pour cette raison que l'on a occulté le sujet pendant tant d'années et que le médecin que je suis a dû se débrouiller seul avec sa conscience.

Nous sommes en plein débat sur la fin de vie et une amie m'a demandé hier soir si j'allais faire un article sur le sujet.Je reconnaîs que ce n'est pas un sujet très joyeux mais c'est un sujet qui concerne absolument tout le monde,pour l' entourage mais aussi bien entendu pour soi-même.

"Je n'ai pas peur de mourir.Je veux seulement ne pas être présent quand cela arrivera " a dit Woody Allen.Il dit avec humour ce que tout le monde pense tout bas:si on ne se rend pas compte du grand passage,c'est mieux pour tout le monde.Et oui,j'ai coutume de dire en plaisantant que nous allons tous mourir,sans exception et que c'est sans doute la seule égalité de la vie.Cela paraît une évidence mais à la réflexion c'est une pensée qui apparait assez tard dans le cursus de la vie.Jamais je ne me suis posé ce problème avant 50 ans alors que j'étais souvent confronté au problème .Je le disais mais je ne pensais jamais à ma propre mort.Comment cela se passera t-il ? on l'espère tous sans souffrance et comme dans un rêve.

C'est souvent quand on voit partir ses proches, ses parents,ses amis,qu'on réalise qu'effectivement c'est chacun son tour et que notre passage sur terre se contente de "trois petits tours et puis s'en va ",en souhaitant que ces tours se passent le mieux possible et que le départ se fasse dans de bonnes conditions.

Effectivement le départ est le grand sujet du moment,puisqu'une loi va être déposée prochainement sur ce sujet.Doit-on choisir son départ,le jour ? la date ? la manière ? mais surtout,doit-on laisser souffrir l'humain lors du grand saut ?

On meurt assez mal en France et il y a longtemps que je parle moi aussi de nécessité de "mort apaisée".

C'est un sujet très difficile qui demande tact et bon sens , surtout de la part des soignants.Pour moi,il y a quelques conditions avec pour débuter un postulat:

1- un médecin n'est pas là pour donner la mort mais pour aider à la vie

2-ensuite ,s'il y a souffrance,il est inadmissible,avec les moyens que l'on a maintenant à notre disposition,de ne pas appliquer une forme de sédation(et nous sommes très en retard sur la prescription de morphine en France)

3-choisir la date de sa mort ? là,j'avoue que j'ai un doute car pourquoi pas lors d'un accès dépressif à 30  ans ?  NON,,cela n'est pas possible.Les conditions pour choisir sa mort seraient trop draconniennes (pourquoi ne pas faire passer la mémé pour folle,ou désireuse de mort et s'en débarasser pour l'héritage) Soyons modérés et ayons du bon sens.Il suffit d'additionner 3 conditions:

-avoir une maladie incurable mais à brève échéanc, c'est à dire sans aucun espoir.

-souffrir physiquement mais aussi moralement par déchéance

-avoir choisi et en avoir informé son entourage de façon officielle au cours de sa vie la sédation totale comme choix de mort (comme on peut par ailleurs choisir d'être incinéré.)

Je pense que si ces 3 conditions sont réunies on peut alors "endormir " le patient avec toutes les précautions psychologiques que cela impose ,vis à vis du patient ,avant le passage à l'acte et vis à vis de la famille ensuite.

Mais ,même avec ces précautions le problème n'est pas réglé: qu'en est-il des maladies d'Alzheimer ? qui décide ? pour moi ce ne peut être que le médecin guidé par la souffrance physique.

Et puis il y a encore un autre problème qui me touche personnellement: pour payer mes études de médecine,en plus d'avoir été "pion "dans un lycée,je gardais des comas la nuit.J'étais seul avec 40 comas que je devais aspirer quand ils s'étouffaient et surveiller.J'en ai vu quelques uns (pas beaucoup mais un aurait suffit pour introduire le doute)revenir progressivement à eux ,quelquefois après 3 ans de coma.Imaginez une décision rapide prise par les familles pour ces gens là ? Vous voyez qu'il faut raison garder et je pense que légiférer peut aboutir à des décisions graves.

En réalité,c'est le travail du médecin associé très étroitement à la décision de la famille.Cela a toujours été ma pratique avec les moyens dont je disposais.La morphine à haute dose déconnecte le patient et raccourcit ses souffrances,et je pense que cela reste sous employé dans les hôpitaux mais aussi à domicile.La souffrance physique,comme la déchéance morale n'a plus lieu d'être mais faire une loi expose à des dérives.Pour moi "la mort apaisée "résume bien la situation nécessaire,même si elle n'est quelques fois pas suffisante.

"Ne laissons plus personne souffrir et soyons à l'écoute des personnes en fin de vie" est le seul article de loi que je juge indispensable.

Et bien mes amis,ce n'est qu'un sujet d'actualité ,qui fait réfléchir,sans doute mal placé avant les fêtes de Noël mais vous savez que je me calque toujours sur les sujets quotidiens et celui là en est un.

Bonne fêtes de fin d'années quand même ,mais n'oubliez jamais que c'est une réflexion que vous devrez toutes et tous avoir un jour.

 

Mourir,c'est éteindre le monde.
       Jules Renard
Partager cet article
Repost0

commentaires

Ma citation

De mes erreurs de jeunesse,ce qui me contrarie le plus n'est pas de les avoir commises mais de ne plus pouvoir les refaire

Philosophie personnelle

Que la dérision nous apporte la légéreté,la modestie et la réflexion sur le sens de notre vie.
                                Juju