Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'un Picard en Luberon
  • : Le blog du grand!!!Cela fait maintenant 14 ans que vous me lisez assidûment et je vous en remercie. Mon but est de faire profiter mes amis des bons moments que je passe en Provence et dans mon activité de Maire,entouré d'une si belle nature ainsi que la rencontre d'amitiés très fortes.Vous avez droit à tous mes états d'âme sur mes lectures , spectacles expos,rencontres. Enfin tout ce que je pense!!!!!Mais avec humour,dérision et poésie.Ce blog a été créé pour donner de mes nouvelles à tous mes amis et tous mes patients de Picardie auxquels je reste très attaché et qui me le rendent bien en m'envoyant régulièrement des mots doux. De nouveaux articles paraissent très régulièrement.Il y en a maintenant plus de 1500. INSCRIVEZ VOUS A LA NEWSLETTER en donnant votre adresse mail à gauche du blog pour être prévenu automatiquement et de façon anonyme de la parution d'un nouvel article .Pour consulter tous les articles , cliquez sur "liste complète " à droite mais vous pouvez rechercher un sujet particulier dans la rubrique"rechercher"(à gauche) Pour voir les albums de photos à droite cliquez dessus et agrandissez les photos.
  • Contact

Recherchez Un Article Avec Un Mot Clé

Avant-propos

Les grincheux ,sectaires, conventionnels et intolérants n'ont pas accès à ce blog.
J'essaie en effet d'y retrouver l'amitié, la tolérance , la dérision , la confidence ,la poésie et l'amour de la nature.

Ceux qui m'acceptent tel que je suis sont les bienvenus.       

Voici des fruits , des fleurs , des feuilles et des branches,
Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous ,
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux
                                                    Paul Verlaine

 

17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 21:16
Comment se faire "enfumer" alors que l'on a l'espoir au ventre ?
C'est facile,vous dites au malade que tout va dans le meilleur des mondes mais qu'il doit remettre ses espoirs de marche à 2 voire 3 mois.J'ai certainement pratiqué cela dans ma carrière sans m'en rendre compte.
C'est ce qui vient de m'arriver sans que je ne m'en aperçoive alors que ,en principe, je suis averti en matière médicale.
Et oui ,adieu,Noël avec les petits enfants dans les bras,adieu le rock endiablé de la Saint Sylvestre,adieu le week end raquettes avec les copains en janvier  et adieu la petite thalasso que je m'étais préparée en février.
Il me faudra patienter et attendre le feu vert pour remarcher.Peut-être au printemps,au moment où toutes les fleurs du jardin vont éclore et s'offrir à mon pas nonchalant.
C'est encore un long bout de chemin à faire et à partager avec toutes les personnes de mon entourage qui devront encore m'aider et me transporter.
C'est l'histoire d'un espoir déçu,un espoir qui voulait que je marche à Noël après 4 mois de claudication "béquillante", mais le corps ne suit pas et dit halte! alors le chirurgien dit stop et mon petit coeur se résigne.
Je n'ai pas fini d'entendre ça et là qu'il faut de la patience  et du temps et qu'il n'y a pas mort d'homme ou que cela aurait pu être pire!! ben voyons !
Le temps nous est compté et la patience s'amenuise et fond dans la tête comme la neige au soleil.
Alors il faut faire le dos rond,ravalé son amertume et faire bonne figure sans se plaindre car sinon on enquiquine tout le monde et on s'autodétruit spontanément. C'est la méthode "Coué" me direz-vous.Peut-être mais c'est la seule méthode valable ,sinon la déprime est là et vous guette .
Je saurais rebondir mais il faut laisser le temps à l'esprit d'accepter le fait que 6 mois auront passé quand mon corps voudra bien me transporter.Le temps d'un hiver et malheureusement je n'hiberne pas.

Tout salaud qu'on soit,on n'est pas moins naïf et susceptible de déceptions.


                    Pierre Desproges
Partager cet article
Repost0
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 16:11
Je lis actuellement un livre où l'auteur parle de l'attrait de l'eau ,des rivières ,  de la mer et il pense qu'il n'aurait pas pu vivre loin de cette eau.
Moi pas du tout ;par contre je ne pourrais pas vivre loin du vert de nos campagnes,loin des arbres , des collines et des cultures.
C'est mon côté "bouseux" !!! j'ai toujours vécu à la campagne ,dans des petits villages ,depuis ma naissance où je gambadais dans les bois et où j'allais aux champignons et jouer à la guerre avec mes copains dans les trous d'obus de la guerre 14-18 puisque je suis né sur le "chemin des dames".J'y ai passé une enfance heureuse et simple au milieu de mes camarades de classe et de ma famille.C'était un vieux village en pierre avec de belles demeures ,planté sur une colline que le clocher tout en pierre  également dominait.C'était Beaurieux ,dans le département de l'Aisne.
Bien sûr mes études me conduisirent à la ville ,Reims,la belle ville des sacres mais ce ne fut que transitoire et c'était pour mieux retrouver un village pour y m'installer et aller à la rencontre de la population qui m'a tant donné: Lesdins en Picardie.
Aujourd'hui,après apvoir tourné une page de 30 ans d'activité , je suis dans un endroit enchanteur: le Luberon que j'ai silloné tant de fois et que j'espère encore pouvoir traverser dans l'avenir de part en part.
La plaine de la Durance avec ses cultures maraîchères ,mon village de Puget situé sur le piémont de la colline et le Luberon qui s'étend sur plusieurs kilomètres pour arriver à la cîme, c'est véritablement un paysage qui met mon coeur en joie quand je le parcours.Bien sûr ,en ce moment c'est accompagné et en voiture ,mais j'attend avec impatience le moment où je pourrais le parcourir à nouveau en VTT et me dire en regardant le paysage ci-dessous: que c'est beau et quelle est ma chance d'être là pour le voir et le revoir;jamais je ne m'en lasse.
Il existe bien d'autres lieu en France et dans le Monde que le mien,et j'espère que chaque habitant due notre planète qui habite dans un tel lieu en a conscience.



Pour certains citadins la campagne est intolérable parce que son silence rejoint leur vide intérieur.

            Fernand Bac


Partager cet article
Repost0
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 10:59
Tous les jours on me rabâche de garder le moral,que quelques mois ce n'est pas long et que le bout du tunnel n'a jamais été aussi près.Bien sûr , toutes ces paroles viennent d'amis qui veulent me rassurer.
Le problème c'est que cela m'énerve un peu car qui mieux que moi peut appréhender le chemin qui me reste à parcourir.
Tous les jours je sens mon corps,je l'analyse, je sens sa force, je ressent les faiblesses de ma jambe et de mon genou et je sais parfaitement que ce qui m'attend fait partie de l'inconnu.Aurais-je une boiterie résiduelle? pourrais-je randonner et faire du VTT ? ma prothèse du genou m'attend -elle au coin du bois ?
Personne ne peut répondre,pas même le chirurgien qui me l'a dit.
Bien sûr,tout peut se passer dans le meilleur des mondes et c'est ce que je souhaite mais voilà c'est l'incertitude qui modère et tempère l'humeur.
Seul l'espoir de mon introversion permanente peut entretenir un peu le moral des troupes.
N'oublions pas également le facteur suractivité qui me va si bien et  ma pratique sportive et vous comprendrez ma circonspection et que les bonnimenteurs du "ça ira mieux demain " me les brisent "menu".
Vous savez ,chers lecteurs, dans la vie on ne peut comprendre la réelle douleur de l'autre que si l'on est passé par le même chemin.
Cela a été la même chose au moment de la perte de mon père.J'avais pourtant vécu cela multiples fois dans ma vie au cours de mon exercice professionnel et j'avais compati.Mais être confronté au problème soi-même n'a rien a voir et c'est là que la souffrance ressentie prend toute sa proportion.
Cela a été la même chose pour la réanimation.Seul , un ami qui y a passé presque un mois a compris et on a pu échangé nos impressions qui étaient les même.Comment expliquer la détresse ,la dépendance ,l'inconnu ,l'humiliation ,a quelqu'un qui n'est jamais passé dans un de ces box de souffrance?
L'espoir fait vivre dit-on.Je pense que c'est plus que cela il fait penser et travailler notre cortex qui est le moteur de notre vie,il permet de se resocialiser.
Alors j'espère mais seul dans mon petit coin.

Et l'Espoir,malgré moi, s'est glissé dans mon coeur.

                     Racine



Partager cet article
Repost0
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 21:03
Toute ma vie je me suis surpris à siffler ou siffloter,comme vous le voudrez.J'ai sifflé partout : chez moi , dans ma voiture, entre deux patients , dans mon jardin, puis à la Mairie de mon cher village de Puget à tel point que l'on m'avait donné le sobriquet de "siblaye" qui est le nom du siffleur en provençal.
Mon père était déjà un oiseau qui répandait son sifflet partout et toute la journée.Mes voisins ont été bercés par nos deux sifflets qui enveloppaient l'air ambiant de mon jardin potager.
Je concède que cela fut un désagrément pour mes congénères car j'avais le défaut de siffler assez fort.Cela m'a pris vers 40 ans et est certainement culturel car j'ai été longtemps enivré,comme je vous l'ai dit, par les romances répétitives de mon père.
Aujourd'hui le merle s'est tu totalement mais ,je l'espère ,pas définivement.Je me suis fais cette réflexion ce jour :je n'ai pas sifflé depuis 2 mois.
J'en conclue que le sifflement est un phénomène de bien-être , de bonheur ,et respirer, ou plutôt expirer la musique est plutôt dévolu aux personnes en forme.
On dit que la musique adoucit les moeurs,je pense surtout qu'elle contribue au bonheur et le fait de retourner à la chorale va sans doute me redonner le sens de la musique et  peut-être redéclencher ma machine à siffloter , à moins que ce ne soit seulement la guérison.


La musique ,c'est comme l'amour.Il y a des heures et des endroits pour ça.

             Philippe Meyer


Partager cet article
Repost0
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 21:12
J'ai connu  tout au long de ma vie diverses formes de fatigue :
La fatigue d'une journée de travail bien remplie en restant à l'écoute des malades,des dépressifs,des tristes,des mal en point etc.. je rentrais ,je m'allongeais un quart d'heure avant de pouvoir manger et discuter avec ma compagne ou avec les enfants.Puis tout rentrait dans l'ordre.
Il y a eu la fatigue des journées de jardinage avec les courbatures qui vous guettent et une sensation de plénitude après avoir mis ses mains dans la terre qui quand elle est "amoureuse" est tiède et attend la plantation.
Il y a la fatigue du sport ,après un match de tennis ,une bonne partie de 4 heures de golf,une randonnée vélo et bien sûr un marathon.Je me suis endormi en racontant à mes enfants mes randonnées dans le massif du Mont Blanc.Ne dépassons pas les limites de notre corps.
Aujourd'hui c'est une toute autre fatigue à laquelle je dois faire face,c'est la fatigue du corps blessé et de l'esprit chahuté par des pensées contradictoires.Le matin , après un dérouillage matinal, je me sens en pleine possession de mes moyens et j'ai envie de jeter mes béquilles qui m'accompagnent toujours et qui vont le faire jusque la fin de l'année.L'après-midi la fatigue envahit le corps insidieusement,vicieusement,sans crier gare et finit par recouvrir le courage et la volonté.Les soirées sont courtes et le sommeil  avance doucement dans mes lobes cérébraux pour gagner le cortex et me réduire à néant.Et tout cela sans somnifère,moi qui en ai tant demandé lors de ma longue hospitalisation.
Je n'ai jamais connu une telle dégradation du corps mais je sais qu'elle n'est que passagère et mon esprit reste vif et pointu.
La fatigue du soir est quelque chose de nouveau pour moi et je comprend mieux tous ces malades qui n'ont eu cesse de me dire tout au long de ma vie médicale : JE SUIS FATIGUÉ


La mort semble bien moins terrible quand on est fatigué.

                  Simone de Beauvoir


Partager cet article
Repost0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 00:00
images-012.jpeg
Un arbre utilise ce que l’on appel la photosynthèse pour vivre : pour respirer et produire l’amidon leur servant de source énergétique, l’arbre utilise les rayons solaires captés par une substance contenue dans les feuilles : la chlorophylle donnant la couleur verte à la feuille.
Ce composé est comme notre sang mais il utilise ,lui,le gaz carbonique (CO²) de l’atmosphère pour produire de l’amidon.

Lorsque l’hiver arrive, l’arbre a suffisamment accumulé de carburant pour vivre.images-014.jpeg
Et les feuilles ont servi pendant tout l'été à stocker les toxines du végétal.
Ces toxines  sont donc emmagasinées dans les feuilles qui tomberont.
A l'automne, les canaux qui apportent la sève sont scellés et une couche de cellules de séparation se forme à la base de chaque feuille (le pétiole).
La chlorophylle n’étant plus alimenté,se dégrade et laisse apparaître plusieurs composés dans la feuille dont le plus connu est le carotène, qui donne une couleur brune a orangée:les couleurs de l’automne. Puis la feuille meurt et tombe. Ces arbres sont dits à feuilles caduques (chêne, pommier, etc)

Par contre, d’autres arbres possèdent une stratégie différente consistant à utiliser de fines feuilles (aiguilles ou écailles) garnis de cire, résistantes au gel et permettant à l’arbre de produire son carburant toute l’année. Ces arbres sont dits à feuilles persistantes (pin, , chêne vert,mais aussi houx, lierre).

images-018.jpeg
J'aimais me promener dans la campagne à cette période mais c'est maitenant pour moi toujours une certaine nostalgie: l'été est toujours passé trop vite ; même s'il dure presque 6 mois dans le sud Et que dire de ces deux mois d'hospitalisation qui sont dans mon esprit comme une verrue. Une année est passée .
Les jours raccourcissent , les fleurs ont disparu . C'est maintenant le moment des courtes journées ensoleillées d'hiver mais aussi de la couette , de la tisane de thym et romarin au miel de lavande et du feu de bois.J'en profite pour mettre mes lectures à jour. Et puis l'hiver il y a mon ami l'ordinateur avec lequel je fouille et je sonde le monde entier. C'est un outil fabuleux qui permet aussi les contacts instantanés. Une lettre écrite qui serait livrée par le facteur en temps réel :n'est-ce pas extraordinaire?
Et puis j'ai tout l'hiver pour reconstituer un corps fracasé qui me permettra peut-être de remonter sur mon ami le VTT avec mes copains pour une ballade dans les sentiers du Luberon que j'affectionne tant.

Sur la bruyère longue infiniment,
Voici le vent cornant Novembre;
Sur la bruyère infiniment,
Voici le vent
Qui se déchire et se démembre
En souffles lourds battant les bourgs;
Voici le vent,
Le vent sauvage de Novembre

                                        Emile Verhaeven





Partager cet article
Repost0
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 10:18
Je n'ai jamais cru aux signes du destin et je pense que la vie n'est qu'une série de conjonctions,de rencontres,bonnes ou mauvaises,et de croisements humains mais aussi minéraux.C'est ce qui modifie la vie ,la fait avancer ou la stoppe.
Mais mon accident m'a fait réfléchir.En effet je devais faire deux jours après cette chute de moto, l'ascension du Mont Blanc avec descente en parapente.Huit jours avant , lors d'un entraînement forcené (5 heures de marche commando) j'ai chuté et me suis abimé le pied et transpercé le bras avec une branche morte.J'aurai peut-être du pensé qu'il y avait là une alerte.Je suis reparti de plus belle et le deuxièeme avertissement a été le bon puisque je me suis retrouvé broyé,laminé mais en vie.
Est-ce un signe du destin? ne fallait-il pas que je fasse cette ascension ? J'avoue que je trouve cela troublant.
Bien sûr la construction de l'école m'a bouffé mon temps et mon esprit  .Est-ce un hasard si j'ai fait la rentrée des classes et si je suis tombé le lendemain ? devoir accompli et relâchement ?
J'avoue que toutes ces interrogations viennent du fait  de la nature de ma chute: je suis tombé à 500 mètres de chez moi sur une zone facile avec quelques gravillons situés sur le milieu de la chaussée.Je n'ai aucun souvenir du dérapage de la moto , seule la chute et le guidonnage m'ont "réveillé".
Cela retera un mystère mais qui aura des conséquences pour moi toute ma vie.
Le destin m'avait-il averti ? cela peut paraître puéril à certains comme je l'aurai pensé auparavant mais quand on est concerné on se pose vraiment des questions,surtout quand l'accident est inexplicable.
Voilà ,merci de me donner vos sensations sur ce sujet délicat et personnel.


La tragédie et la mort est en ceci qu'elle transforme la vie en destin.

                                 Malraux

!
Partager cet article
Repost0
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 09:38
De retour de l'hôpital je me suis rapidement replongé dans les problèmes de la commune et j'ai été confronté à quelques énergumènes de très mauvaise foi,qui ne veulent pas voir ce qui est évident et qui ne veulent pas entendre la confiance.
C'est étonnant venant de personnes censées être intelligents mais à quoi mesure t-on l'intelligence sinon au bon sens.Et le bon sens est souvent mal réparti dans les différentes couches sociales.
La mauvaise foi conduit à des actes et des dires souvent malhonnêtes et à des accusations mensongères.
C'est un des défauts que j'ai le plus de mal à pardonner ,en particulier quand cette mauvaise foi est nuisible aux autres.
Sartre a défini la mauvaise foi comme un mensonge à soi-même.il dit que la mauvaise foi correspond à l 'écart entre ce que l'on est pour soi-même et ce que l'on est en soi-même.
Car enfin quel est ce vilain défaut? c'est tout simplement d'affirmer une vérité en sachant pertinemment que l'on pense très exactement son contraire.Ce n'est pas un mensonge qui est l'art des ignorants , c'est pire.
Comment peut-on en arriver là ? je pense que c'est au départ un jeu qui devient une habitude puis qui est empreint d'un certain professionnalisme du "je me fous de ta g....et je t'emm..!!!!!!!!!!!" Voilà schématisé de façon triviale l'attitude de la mauvaise foi.
C'est détestable mais c'est surtout décourageant car aucune discussion n'est plus possible et cela ne fait que déclencher la colère de certains.
(Rassurez-vous ,je suis resté calme en essayant d'être convaincant.Mon accident me permet de relativiser.)
Dans notre cas précis la mauvaise foi repose sur des souvenirs amers ou sur la protection de son territoire personnel,même si le projet semble bon et qu'on affirme qu'il sera discuté  c'est  toujours NIET!!


La discussion est un art difficile qui doit déboucher sur un compromis

                                  Alain Sage
Partager cet article
Repost0
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 14:21
La pensée du jour
 
"Le budget devrait être équilibré, les finances publiques devraient être comblées, la dette publique devrait être réduite, l'arrogance de l'administration devrait être abolie et contrôlée, et l'aide aux pays étrangers devrait être diminuée de peur que Rome ne tombe en faillite. Les gens doivent encore apprendre à travailler, au lieu de vivre sur l'aide publique. " -

                       Cicéron - 55 AVANT JÉSUS CHRIST



Vous voyez que plus on avance et plus on recule !!!!!!!!!!!!!!!!!
Partager cet article
Repost0
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 08:40
C'est fou ce que ma mémoire a pu trier et sélectionner au cours de ma vie pour en ressortir les choses agréables et éliminer les aventures nauséabondes comme celle que je viens de passer.
La mémoire est quelquechose qui se travaille en vieillissant. Elle est surtout ciblée.En effet il est étonnant comme on se souvient bien des choses ou des personnes qui nous ont intéressé.

Il n'existe pas une, mais des mémoires. En effet, en première analyse, on peut distinguer la mémoire sensorielle, la mémoire à court terme et la mémoire à long terme.
Il y a d'abord la mémoire sensorielle: c'est la mémoire visuelle et auditive qui ne dure que quelques millièmes de secondes (impressions de déjà vu)
Puis il y a la mémoire à court termes que nous utilisons réguliérement.
Puis la mémoire à long terme qui stocke tout au long de notre vie.
Pendant mon exercice de la Médecine Générale , je comparais la mémoire à une comode avec plein de petits tiroirs et en bas un grand tiroir fourre tout.Tout au long de notre vie chaque souvenir est rangé dans un tiroir et il est simple d'aller le rechercher.Mais quand les tiroirs sont tous pleins , on stocke dans le grand tiroir et il devient très difficile de rechercher les souvenirs qui sont mélangés.
L'oubli intervient parce que notre cerveau est organisé pour éliminer tout ce qui pourrait l'encombrer inutilement ou lorsque l'information n'a pas subi le traitement approprié. Le processus d'organisation est essentiel dans le travail et le succès du rappel : les chances de retrouver un souvenir, dans l'immense bibliothèque qu'est la mémoire sémantique, dépendent de la qualité avec laquelle on a étiqueté ce souvenir.
Beaucoup d'oublis ont également une cause affective. Les psychanalystes montrent bien que l'oubli est souvent associé à des événements ou des intentions associés à des affects désagréables ou porteurs de stress.
La mémoire est comme une machine:elle rouille si on ne la fait pas travailler.Essayez de réapprendre des poèmes, vous verrez que ce n'est pas si facile que cela .Alors que l'on connait les paroles de chansons que l'on a écouté en boucle sans les apprendre: c'est de l'impression passive de notre cerveau.
Faites vous offrir pour votre anniversaire les cahiers de vacances pour adultes ou ces formidables machines informatiques qui boostent votre mémoire.
Ne vous endormez pas sur vos lauriers en disant que vous avez une bonne mémoire , elle va flancher(comme dit Trenet) un jour ou l'autre .Qui n'a jamais eu un doute sur son numéro de carte bancaire ?



Le sot qui a beaucoup de mémoire est plein de pensées; mais il ne sait pas en conclure

                         Vauvenargues

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 21:16
Je ne suis jamais allé enfant dans un centre aéré.J'étais déjà pensionnaire ,c'était largement suffisant.
Mais dès que je l'ai pu et surtout dès que ma vie professionnelle m'en a donné l'occasion,j'en ai créé un et j'en ai tiré un bonheur sans égal.C'était dans une autre vie,dans mon petit village de Lesdins, en Picardie,avec une belle équipe de bénévoles et quelques emplois jeunes de l'époque.
Au cours d'une pièce de théâtre les enfants m'avaient croqué,caricaturé, tel qu'ils me voyaient et je dois dire que c'était assez juste.
Tous les mercredis et toutes les vacances scolaires ,nos bambins étaient pris en charge et c'était pour moi un moment de plaisir intense que d'aller leur rendre visite.La joie des enfants ne fait-elle pas le bonheur des adultes ?
Aujourd'hui,jour de ma reprise en Mairie et jour de vacances donc de centre aéré, je me suis précipité dans notre merveilleuse école et j'ai pu renouveler ce moment de bonheur en voyant les petits chanter et s'amuser.Certains sont venus me demander des nouvelles de ma jambe et cela m'a touché.
Pourquoi appelle t-on cela centre aéré, et surtout pourquoi "aéré"? nous faut-il leur aérer les poumons ou bien les méninges ? je pense que c'est seulement de nos jours que cette appellation prend tout son sens ,car au lieu de rester devant la télé ou les jeux vidéos ,nos petits se socialisent et apprennent l'amour et le partage.
Je remercie tous les organisateurs de cette association Alter Ego qui ont contribué à cette réussite.
Notre village prend tournure, Puget Loisirs est rayonnant et la culture démarre.Les travaux avancent et nous allons attaquer le plateau sportif qui pourra être utilisé par enfants et adultes.
Nous rentrons là dans la mission du Conseil Municipal : rendre la vie au village heureuse et attractive.


Il ne faut pas oublier que , tandis que le partage de la joie en accroît l'étendue sur cette terre,le partage de la douleur n'en diminue pas la somme.

                                          Oscar Wilde

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 14:59
Je suis donc sorti définitivement de l'hôpital (enfin pour l'instant) et les amis sont venus m'apporter le réconfort nécessaire dans ces moments là.Nous nous sommes donc retrouvés à 16 dans ma modeste demeure et chacun avait amené de quoi se restaurer et Claudine avait prévu le champagne pour arroser ce bel événement.
Ce sont des soirées douces où je regarde tout mon petit monde heureux et qui me vont droit au coeur.
Le sourire et la tchache étaient au rendez-vous.
Nous sommes là dans l'expression vivante de l'amitié,contrairement aux paroles ou aux pensées abstraites et sans saveur.
Le week end va me permettre de reprendre mes repères dans la maison mais aussi de redécouvrir le jardin que j'avais perdu de vue depuis presque 2 mois.
On ne se réintègre pas aussi facilement dans la vie active ,surtout handicapé comme je le suis.J'avais une vie bien rythmée et bien huilée et tout tournait autour de moi dans ma chambre 29.Maintenant c'est à moi de jouer mais la fatigue me rejoint vite et ma jambe est bien vite douloureuse.
J'en profite pour dire la grande qualité de mes soignants et de ma kiné.Après avoir passé 8 jours de réanimation en enfer à Aix ,mon centre de rééducation m'a paru bien doux.
J'ai encore un long chemin devant moi et Noël en famille et valide sera mon prochain but personnel.Voir ma petite fille,Alice, ne fera qu'agrémenter ce parcours.



Ouvre les yeux Alain,tu as encore la vie devant toi


Partager cet article
Repost0
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 15:24

La sortie et l'insécurité

 

Vous allez sans doute trouver cela bizarre mais la joie de ma sortie n'est pas totale. En effet à l'hôpital je suis totalement en sécurité. tout tourne autour du malade qui peut trouver assistance à tout moment comme hier lors de ma chute dans les escaliers où tout a été fait pour me venir en aide ; radios, massages, glace etc Chez moi je vais être livré à moi-même et je ressens donc une sensation très spéciale, mêlée de grande joie mais aussi d'inquiétude.

C'est la dernière fois que je vous joins par l'intermédiaire de mon iPhone qui a été un fidèle compagnon des bons et des mauvais jours et Internet m'a indiscutablement enrichi.  Mon grand Mac va me retrouver.

Je vais retrouver tout mon petit monde dès cet après-midi et ceci va calmer mon inquiètude sous-jacente.

Alors à bientôt sur le blog d'un Picard en Luberon mais de chez moi Merci pour votre fidélité

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 14:00

 

Voilà,mon hospitalisation se termine.Sept semaines de soufrance puis de récupération et de travail sérieux et assidu.

J'ai fait ma résilience des 8 premiers jours et je sais maintenant que je suis au milieu du gué. Le tout n'est pas de prendre l'eau mais de dominer mon corps, non pas par le mépris mais par une écoute attentive.

Je suis tombé dans les escaliers ce matin, sans trop de bobo, mais je considère ceci comme un avertissement sévère.

Je sors donc demain et je vais retrouver ma maison, ma famille, mes amis qui m 'ont préparé une petite surprise. Je vais également pouvoir retrouver ma Mairie qui va occuper mon esprit si turbulent et indiscipliné, certainement préoccupé par l'état de mon corps.

La vie est semée quelquefois d'embûches. Il faut alors relever la tête et le défi. C 'est toujours possible tant qu 'il n'y a pas mort d'homme.

Bien sûr cela n 'est pas toujours facile et j'ai eu des coups de blues difficiles à gérer quand on se retrouve seul le soir dans sa chambre d'hôpital. Mais il faut rebondir et faire des projets pour l'avenir et restructurer ainsi son cerveau malmené dans la difficulté.

Je prévois donc une cure de thalasso pour remplacer le ski, une remastérisation de mon tandem pour pouvoir refaire des parcours avec ma fidèle compagne. Ouf!!! Après on verra et il sera temps de vous faire connaître mon évolution alain

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 15:09

e n'ai jamais vu le temps qui déroule son tapis quotidien car je n'ai

jamais connu l'ennui.

Ma vie s'est déroulée comme un bulldozer,avalant les journées de

travail,de fêtes entre amis ou en famille et de sport.

J'avoue avoir eu du mal à voir grandir mes enfants;enfin non ,je les

ai vu grandir mais je n'ai pas assez participé à leur éducation .ils

ont réussi alors je n'ai pas tout raté

Je crois avoir réussi mon exercice professionnel car j'étais très

proche des patients

Les amis et ma famille proche, principalement mes parents ,ont été

très importants pour moi et de vrais compagnons de vie

Le sport,tous les sports,ont été ma thérapie,ma décompression ert

mon plaisir.

Je vais sortir de l'hôpital le 30 octobre après 2 mois

d'hospitalisation et le temps est passé lentement comme cela ne m 'est

jamais arrivé:je me suis rendu compte que les nuits étaient très

longues et que 10 minutes denuit de souffrance valent des heures et

des jours de plaisir et que la théorie de la relativité chère à

Einstein est vérifiée.

Deux mois c'est important,même si cela paraît dérisoire à

l'échelle d'une vie,mais la souffrance physique et morale est un

facteur d'allongement temporel,même si aujoud'hui je me sens mieux.

Il me reste 7 nuits à passer dans un lit qui connait tout de mes

difficultés et je retrouverai PUGET!!!!!!!!!!!

Partager cet article
Repost0

Ma citation

De mes erreurs de jeunesse,ce qui me contrarie le plus n'est pas de les avoir commises mais de ne plus pouvoir les refaire

Philosophie personnelle

Que la dérision nous apporte la légéreté,la modestie et la réflexion sur le sens de notre vie.
                                Juju