Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'un Picard en Luberon
  • : Le blog du grand!!!Cela fait maintenant 14 ans que vous me lisez assidûment et je vous en remercie. Mon but est de faire profiter mes amis des bons moments que je passe en Provence et dans mon activité de Maire,entouré d'une si belle nature ainsi que la rencontre d'amitiés très fortes.Vous avez droit à tous mes états d'âme sur mes lectures , spectacles expos,rencontres. Enfin tout ce que je pense!!!!!Mais avec humour,dérision et poésie.Ce blog a été créé pour donner de mes nouvelles à tous mes amis et tous mes patients de Picardie auxquels je reste très attaché et qui me le rendent bien en m'envoyant régulièrement des mots doux. De nouveaux articles paraissent très régulièrement.Il y en a maintenant plus de 1500. INSCRIVEZ VOUS A LA NEWSLETTER en donnant votre adresse mail à gauche du blog pour être prévenu automatiquement et de façon anonyme de la parution d'un nouvel article .Pour consulter tous les articles , cliquez sur "liste complète " à droite mais vous pouvez rechercher un sujet particulier dans la rubrique"rechercher"(à gauche) Pour voir les albums de photos à droite cliquez dessus et agrandissez les photos.
  • Contact

Recherchez Un Article Avec Un Mot Clé

Avant-propos

Les grincheux ,sectaires, conventionnels et intolérants n'ont pas accès à ce blog.
J'essaie en effet d'y retrouver l'amitié, la tolérance , la dérision , la confidence ,la poésie et l'amour de la nature.

Ceux qui m'acceptent tel que je suis sont les bienvenus.       

Voici des fruits , des fleurs , des feuilles et des branches,
Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous ,
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux
                                                    Paul Verlaine

 

20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 09:22

Nous avons vécu des moments difficiles avec les bonnets rouges,partis de Bretagne ,les tristes insultes "noires" de la garde des sceaux et ce matin la vie est bleue avec la victoire de l'équipe de France.

Cela suspend momentanément la sinistrose ambiante de la crise et le bleu fait toujours du bien en annonçant une belle journée ensoleillée.

Alors je ne reviens pas sur le mauvais esprit de certains footballeurs,ces enfants gâtés du 21ième siècle,mais je ne peux m'empêcher de remarquer que les jeunes ,pas encore pourris par l'argent,ont été exemplaires.

Que cela change t-il pour nous ? et bien une coupe du monde au Brésil l'année prochaine avec des soirées entre copains avec bière pression et pizzas,une communion nationale lors des matchs de l'équipe de France,la remontée du moral et le retour de l'optimisme qui a quitté la France depuis presque une dizaine d'année.Vous vous rendez compte de l'importance d'un match de foot et je vous inviste à relire mon article sur le foot et les footeux (http://alain.sage.over-blog.com/article-le-foot-et-les-footeux-121132297.html) pour comprendre les mystère du ballon rond.

Bien sûr l'équipe de France de foot ne va pas transformer l'état de la France "rouge et noire" mais l'apparition de ce bleu fait du bien.Rappelez-vous en 98 , Le Président Chirac,bas dans les sondages avait récupéré une notoriété importante.Certains esprits chagrins me diront que c'est dévaluer la politique que de la mettre au même niveau que le football et ils n'ont pas tort mais un gâteau après plusieurs mois de repas "frugal" fait du bien pour le moral.

Alors "les sales gosses" peuvent nous faire vibrer au Brésil s'il le veulent ,si leur comportement ne ressemble en rien à celui de Kiev,s'ils retrouvent l'envie de gagner comme hier,si l'amour du maillot bleu est complètement retrouvé.Car n'oublions pas une chose fondamentale , c'est l'exemplarité vis à vis des jeunes,vis à vis des amateurs,vis à vis des bénévoles sportifs et il s'agit là de notre jeunesse et leur montrer que l'on peut se battre et gagner pour devenir un modèle.Varane,Pogba,Sakko,Cabaye,Debuchy,etc... vont nous faire oublier Evra,Nasri,Benzema ...... en 2014  à moins que la Psy ne nous les transforme et que les Ferrari et autres Porsche ne nous les pourrissent.

N'encenssons pas cette équipe alors que nous l'avons condamné hier mais souhaitons leur bonne chance ,bonne chance pour la France.Le foot peut être un lien pour goûter momentanément la mayonnaise du bonheur

 

Le sport consiste à déléguer au corps quelques une des vertus les plus fortes de l'âme.

 

          Giraudoux

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 16:53

Bien sûr je ne parle pas de l'hésitation du conducteir qui ne sait pas s'il va tourner à droite ou à gauche,ni celui du footeux qui ne sait pas s'il va passer la balle à droite ou à gauche.Non c'est l'hésitation qui engage.

Quand on s'est beaucoup investi,et que l'on a des doutes sur son avenir on est dans l'indécision.Beaucoup d'entre vous ont certainement été dans ce cas quand cela conditionne la vie future.Alors que se passe t-il dans votre tête ?

Soit vous avez une perception assez floue de ce que vous êtes ou de ce que vous voulez,et vous avez peur des regrets,

Soit vous avez une faible estime de vous même,

Soit vous appréhendez les conséquences de votre choix

Et cela peut générer une anxiété incontrolée

Bef,vous êtes dans l'hésitation mais vous devez prendre une décision car une porte de sortie est aussi une porte d'entrée ailleurs.En effet on ne doit pas choisir contre quelque chose mais pour une vie meilleure. L'hésitation trop longue entraînera inévitablement des regrets si la décision n'est pas bonne.( .. ah!!si j'avais su !!!)Alors,il faut prendre une feuille blanche,y inscrire tous les avantages et les inconvénients par ordre d'importance  allant de 10 à 1 ,et se décider après une comptabilité objective et ne jamais revenir sur sa décision.Une promenade en solitaire dans la nature permet aussi d'y voir clair.

L'indécision chronique rend toujours malheureux au final et pénalise.L'indécision prolongée parasite les pensées et disperse les forces.N'oublions pas qu'un des principaux signes de la liberté est le pouvoir de décider des orientations de sa vie car ce qui dépend entièrement de nous, c'est le choix de ce que nous voulons faire avec notre vie. Une fois que nous avons choisi la destination, une longue liste de conséquences s’impose à nous successivement. Donc avant de s’engager dans une direction de vie, il faut bien réfléchir.

Bien sûr une décision n'est bonne que quand elle est prise et il faudra ensuite savoir en assumer les conséquences qui peuvent être rapides,trop rapides, alors que la prise de décision est lente.

Bien sûr mon article vous concerne peut être mais me concerne aussi bien sûr.J'ai toujours été un fonceur et mes prises de décision concernant mon avenir ont été toujours très rapides,quelquefois trop rapides,mais je ne suis jamais revenu dessus et j'ai assumé.On ne vit pas avec des regrets.

Car la finalité d'une bonne décision n'est-elle pas le bonheur de vivre?? on voudrait quelquefois tout faire dans la vie mais on se doit de faire des choix et cela peut être douloureux.Je pense qu'une bonne prise de décision apaise et réjouit le coeur,tout le contraire de l'hésitation qui finit par angoisser.

Bonne décision à toutes et à tous!!

PS:je ne résiste pas à vous mettre en photo mon plus bel arbre du jardin actuellement.

Vous hésitez !!

Non ce n'est pas un oranger.

C'est un plaqueminier : miam,miam les Kakis

 

 

Vous êtes libres, choisissez, c’est-à-dire inventez.
                  Jean-Paul Sartre

ccccc-2587.JPG

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 13:52

Ce soir,grand match de foot dans la salle des fêtes de Puget,Ukraine-France retransmis sur écran géant,avec ambiance et bière pression.

Alors pourquoi sommes nous tous fascinés par le ballon rond ? pour moi c'est d'abord parceque,étant tout petit,cet objet était insaisissable par ses rebonds.Le ballon a nécessité chez toutes et tous une coordination extraordinaire pour le maîtriser.C'est sans doute l'objet avec lequel on a eût le plus de problèmes et qu'y a t-il de plus fier qu'un petit enfant qui a réussi à attraper le ballon envoyé par ses parents.Bien sûr,notre société cloisonnée a enseigné le ballon de foot aux garçons et la balle au mur aux filles et c'est ainsi que l'on retrouve plus d'hommes que de femmes dans les stades , même si cela a un peu changé depuis la victoire de 98 et l'exposition médiatique des beau hommes huilés et musclés!!

Mais il faut avouer qu'il y a un problème aujourd'hui entre l'équipe de france et les Français.Je passe sur Zahïa,sur la grève,sur la fiesta de Rami,sur les remarques d'Evra car on ne leur demande pas d'être intelligent,mais ce qui me navre le plus , c'est de les voir arriver dans leurs Ferrari ou autre voiture Allemande de prestige et "Néantiser" comme je l'ai entendu,ou dédaigner le public qui est leur vache à lait.On ne leur demande que de se défoncer sur un terrain et d'être un peu sympa.C'est tout et là,ils ont des progrès à faire dans les 2 cas.

Je me demande d'ailleurs si la majorité des Français ne guettent pas leur chute sur l'Ukraine pour reconstruire une équipe neuve,avec de jeunes et brillants inconnus qui nous feraient vibrer lors de la coupe de monde de 2018 !!!!!

La génération 98 était vraiment plus sympa et je me demande si l'évolution sociale de l'équipe de France n'est pas seulement un reflet de l'évolution de notre société où l'égoïsme prend le pas sur la générosité et je finis par penser que l'on a l'équipe de France que l'on mérite.

Alors messieurs,démontrez-moi que j'ai tort,soyez généreux dans l'effort,gagnez et redevenez accessible et sympa ; vous pouvez garder vos Ferrari mais de grâce souriez ( fenêtre ouverte) à un public qui vous nourrit et qui,malgré tous vos errements,vous aime quand même.

 

Dieu a fait l'homme à son image,c'est rassurant,ça veut dire qu'il aime le foot.

 

                 Patrick Timsit

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 08:11

Nous célébrerons bientôt les 100 ans de la guerre 1914-1918.C'est pour moi quelque chose de particulier puisque j'ai passé toute mon enfance près du Chemin des Dames,haut lieu de la guerre des tranchées. Gamin,j'ai joué dans les trous d'obus avec inconscience,puis j'ai fait du motocross en sillonant les hauts lieux de la guerre des tranchées sans m'en rendre compte.

Il était difficile pour moi d'imaginer cette guerre qui a fait plus de 10 millions de morts dont 1 million 400 000 français et qui consistait à gagner quelques mètres puis rebrousser chemin pour repartir au milieu des cadavres des copains.

Je lis régulièremant la "lettre du chemin des Dames" qui me passionne.(vous pouvez vous abonner gratuitement en envoyant un mail à cette adresse : missionchemindesdames@cg02.fr)Ma question est toujours la même : "comment ces combattants là ont-ils pu résister au froid et à la pluie ? quelle était leur motivation ? aller au casse-pipe tous les jours relève t-il de l'inconscience ou de l'héroïsme ? quand je compare cette jeunesse sacrifiée à la mienne et à fortiori à celle de maintenant je m'interroge sur l'évolution du monde.Comme disait Coluche : "même les jeunes allemands ne veulent plus la faire,la guerre !! t'as qu'à voir dans quelle merde on est !!" il avait tout compris de l'évolution de la société actuelle.

Le Chemin des Dames ... les Sénégalais sont venus s'y faire massacrer car on les mettait en première ligne.Les lignes de tranchées étaient une véritable organisation sociale qui ne bougeait pas souvent pendant des mois.Je pense aussi à tous ceux qui se sont rebellé face à l'injustice de la mort certaine.N'oubliez pas que l'on a compté plus de 600 fusillés pour mutinerie (voir l'article sur "la Chanson de Craonne "que j'ai eu l'honneur de chanter au monument aux morts http://alain.sage.over-blog.com/article-la-chanson-de-craonne-88485144.html) et l'on ne compte pas toutes les exécutions sommaires,sans tribunal militaire.

Lisez les lettres des poilus,toutes plus émouvantes les unes que les autres,mettez-vous dans la peau de quelqu'un qui vit dans la boue,dans le froid,sous la pluie,loin des familles,avec une idée certaine de la mort proche.Je vous en donne 2 qui ne peuvent qu'émouvoir aux larmes:

 

Le 18 mars 1916,
Ma chérie,
Je t'écris pour te dire que je ne reviendrai pas de la guerre. S'il te plaît, ne pleure pas, sois forte. Le dernier assaut m'a coûté mon pied gauche et ma blessure s'est infectée. Les médecins disent qu'il ne me reste que quelques jours à vivre. Quand cette lettre te parviendra, je serai peut-être déjà mort. Je vais te raconter comment j'ai été blessé.
Il y a trois jours, nos généraux nous ont ordonné d'attaquer. Ce fut une boucherie absolument inutile. Au début, nous étions vingt mille. Après avoir passé les barbelés, nous n'étions plus que quinze mille environ. C'est à ce moment-là que je fus touché. Un obus tomba pas très loin de moi et un morceau m'arracha le pied gauche. Je perdis connaissance et je ne me réveillai qu'un jour plus tard, dans une tente d'infirmerie. Plus tard, j'appris que parmi les vingt mille soldats qui étaient partis à l'assaut, seuls cinq mille avaient pu survivre grâce à un repli demandé par le Général Pétain.
Dans ta dernière lettre, tu m'as dit que tu étais enceinte depuis ma permission d'il y a deux mois. Quand notre enfant naîtra, tu lui diras que son père est mort en héros pour la France. Et surtout, fais en sorte à ce qu'il n'aille jamais dans l'armée pour qu'il ne meure pas bêtement comme moi.
Je t'aime, j'espère qu'on se reverra dans un autre monde, je te remercie pour tous les merveilleux moments que tu m'as fait passer, je t'aimerai toujours.
Adieu
Soldat Charles Guinant

 

Et une autre , écrite près de mon village natal et qui témoigne des mutins.

 


Le 30 mai 1917

Léonie chérie
J’ai confié cette dernière lettre à des mains amies en espérant qu’elle t’arrive un jour afin que tu saches la vérité et parce que je veux aujourd’hui témoigner de l’horreur de cette guerre.

Quand nous sommes arrivés ici, la plaine était magnifique. Aujourd’hui, les rives de l’Aisne ressemblent au pays de la mort. La terre est bouleversée, brûlée. Le paysage n’est plus que champ de ruines. Nous sommes dans les tranchées de première ligne. En plus des balles, des bombes, des barbelés, c’est la guerre des mines avec la perspective de sauter à tout moment. Nous sommes sales, nos frusques sont en lambeaux. Nous pataugeons dans la boue, une boue de glaise, épaisse, collante dont il est impossible de se débarrasser. Les tranchées s’écroulent sous les obus et mettent à jour des corps, des ossements et des crânes, l’odeur est pestilentielle.
Tout manque : l’eau, les latrines, la soupe. Nous sommes mal ravitaillés, la galetouse est bien vide ! Un seul repas de nuit et qui arrive froid à cause de la longueur des boyaux à parcourir. Nous n’avons même plus de sèches pour nous réconforter parfois encore un peu de jus et une rasade de casse-pattes pour nous réchauffer.
Nous partons au combat l’épingle à chapeau au fusil. Il est difficile de se mouvoir, coiffés d’un casque en tôle d’acier lourd et incommode mais qui protège des ricochets et encombrés de tout l’attirail contre les gaz asphyxiants. Nous avons participé à des offensives à outrance qui ont toutes échoué sur des montagnes de cadavres. Ces incessants combats nous ont laissé exténués et désespérés. Les malheureux estropiés que le monde va regarder d’un air dédaigneux à leur retour, auront-ils seulement droit à la petite croix de guerre pour les dédommager d’un bras, d’une jambe en moins ? Cette guerre nous apparaît à tous comme une infâme et inutile boucherie.
Le 16 avril, le général Nivelle a lancé une nouvelle attaque au Chemin des Dames. Ce fut un échec, un désastre ! Partout des morts ! Lorsque j’avançais les sentiments n’existaient plus, la peur, l’amour, plus rien n’avait de sens. Il importait juste d’aller de l’avant, de courir, de tirer et partout les soldats tombaient en hurlant de douleur. Les pentes d’accès boisées, étaient rudes .Perdu dans le brouillard, le fusil à l’épaule j’errais, la sueur dégoulinant dans mon dos. Le champ de bataille me donnait la nausée. Un vrai charnier s’étendait à mes pieds. J’ai descendu la butte en enjambant les corps désarticulés, une haine terrible s’emparant de moi.
Cet assaut a semé le trouble chez tous les poilus et forcé notre désillusion. Depuis, on ne supporte plus les sacrifices inutiles, les mensonges de l’état major. Tous les combattants désespèrent de l’existence, beaucoup ont déserté et personne ne veut plus marcher. Des tracts circulent pour nous inciter à déposer les armes. La semaine dernière, le régiment entier n’a pas voulu sortir une nouvelle fois de la tranchée, nous avons refusé de continuer à attaquer mais pas de défendre.
Alors, nos officiers ont été chargés de nous juger. J’ai été condamné à passer en conseil de guerre exceptionnel, sans aucun recours possible. La sentence est tombée : je vais être fusillé pour l’exemple, demain, avec six de mes camarades, pour refus d’obtempérer. En nous exécutant, nos supérieurs ont pour objectif d’aider les combattants à retrouver le goût de l’obéissance, je ne crois pas qu’ils y parviendront.
Comprendras-tu Léonie chérie que je ne suis pas coupable mais victime d’une justice expéditive ? Je vais finir dans la fosse commune des morts honteux, oubliés de l’histoire. Je ne mourrai pas au front mais les yeux bandés, à l’aube, agenouillé devant le peloton d’exécution. Je regrette tant ma Léonie la douleur et la honte que ma triste fin va t’infliger.
C’est si difficile de savoir que je ne te reverrai plus et que ma fille grandira sans moi. Concevoir cette enfant avant mon départ au combat était une si douce et si jolie folie mais aujourd’hui, vous laisser seules toutes les deux me brise le cœur. Je vous demande pardon mes anges de vous abandonner.
Promets-moi mon amour de taire à ma petite Jeanne les circonstances exactes de ma disparition. Dis-lui que son père est tombé en héros sur le champ de bataille, parle-lui de la bravoure et la vaillance des soldats et si un jour, la mémoire des poilus fusillés pour l’exemple est réhabilitée, mais je n’y crois guère, alors seulement, et si tu le juges nécessaire, montre-lui cette lettre.
Ne doutez jamais toutes les deux de mon honneur et de mon courage car la France nous a trahi et la France va nous sacrifier.
Promets-moi aussi ma douce Léonie, lorsque le temps aura lissé ta douleur, de ne pas renoncer à être heureuse, de continuer à sourire à la vie, ma mort sera ainsi moins cruelle. Je vous souhaite à toutes les deux, mes petites femmes, tout le bonheur que vous méritez et que je ne pourrai pas vous donner. Je vous embrasse, le cœur au bord des larmes. Vos merveilleux visages, gravés dans ma mémoire, seront mon dernier réconfort avant la fin.

Eugène ton mari qui t’aime tant

 

Voilà,je pense que ces lettres résument l'atrocité de cette guerre qui n'a que cent ans d'âge!! autant dire que c'est très récent.On a remis cela en 40 et la seule vertu de l'Europe a été sans doute D'EVITER LA RECIDIVE mais soyons attentifs.

 

 

L'art de la guerre est l'art de détruire les hommes, comme la politique est l'art de les tromper.

 

                   d'Alembert

 


 

 

 

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 22:05

Le doute,qui avait été abandonné par ma génération,celle d'après guerre,celle qui a eût 20 ans en 68,celle qui a croqué la vie à pleines dents,celle de l'insouciance,celle du plein emploi,le doute disais-je a sonné aux portes de notre jeunesse.

Bien sûr,les "sixtees" sont faits de toutes sortes de caractères : ceux qui entreprennent ,certains que leur réussite leur doit beaucoup,mais aussi les anonymes,qui se laissent conduire tout au long de leur vie sans broncher et enfin ceux qui doutent en permanence ,qui tâtonnent, qui font plusieurs essais avant de se lancer,qui regardent le ciel avec une interrogation définitive : d'où vient-on et où va t-on ?

Cela résume en quelque sorte ceux que j'ai rencontré tout au long de ma vie et j'avoue,mais vous l'aurez deviné sans mal que ceux qui doutent m'ont le plus passionné et même quelques fois fasciné.

En effet,comment être sûr de soi sur une terre qui nous amène tous les jours son lot de surprises,ses nouvelles quelques fois terrifiantes,ses découvertes scientifiques quotidiennes qui bouleversent la science mais aussi la médecine ,comment être sûr de notre origine que les savants n'ont jamais expliqué : qu'y avait-il avant le bing bang ? n'est-ce pas la plus pure expression du doute ?

Alors,c'est vrai , la confiance en soi est sans doute le premier secret du succès car croire en ses capacités physiques,mentales ou émotionnelles reste la clé de la réussite mais si ce n'est pas assaisonné avec un peu de doute, ces gens là sont terriblement énervants par leurs certitudes.

Le doute permet de questionner et de réfléchir.Ce peut être un moteur que je qualifierai de raisonnable.Alors que l'excès de confiance en soi qui engendre une réussite exemplaire peut ébranler lorsqu'une paille se met dans les rouages,le doute peut permettre de passer plusieurs étapes provisoires avant d'avoir accès au succès qui ne sera d'ailleurs jamais définitif par une remise en question permanente.

Si donc la vérité existe, ce qui en soi-même est douteux, elle n'est en tout cas pas accessible à la raison humaine et si certains pêchent par excès de confiance,j'avoue avoir un faible pour ceux qui doutent mais sans s'enfermer dans l'incertitude,tous ceux qui en font un moyen,une méthode ou un cheminement vers leur vérité.

Bref,ce soir je doute de vous avoir convaincu mais je ne doute pas de la faculté d'adaptation de l'homme .

Bonne nuit les petits

 

Douter de tout,c'est aussi douter du doute,voilà ce qui guette les incrédules.

 

                       Jean Cocteau

Partager cet article

Repost0
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 13:49

J'ai déjà fait un article sur les vertus du potager (il y a longtemps , il est vrai,que vous pouvez relire à l'adresse suivant:,http://alain.sage.over-blog.com/article-11532240.html) et je récidive ce jour avec le jardin thérapeutique et ses vertus.

Je me souviens ,il y a une trentaine d'années,avoir été en compétition avec un de mes confrère mais néanmoins ami,à propos du potager et plus précisément de notre plantation de tomates.Mes patients me donnaient beaucoup de plants de tomates à repiquer et nous avions décidé,mon ami et moi,de faire un concours sur notre nombre de plants de tomates repiqués dans notre jardin.J'étais tout fier d'avoir mis 60 pieds avec 60 tuteurs (quel boulot !!) mais je dû rapidement capituler en voyant le potager de mon ami qui en avait plus de 100 !!

Pourquoi cette anecdote me direz-vous ? et bien pour introduire mon propos : la jardinothérapie.Si le jardin était pour nous une détente,ce peut être une thérapie en psychiatrie pour les déprimés et les anxieux,les schizophrènes et les anorexiques mais aussi en gériatrie pour les Alzheimer,pour les déficits mentaux,les autistes,les sevrages des toxicomanes ou les marginaux comme les personnes en voie d'exclusion.

Cette "jardinothérapie "existe depuis longtemps aux USA et se nomme l'Hortithérapie.Ce n'est pas une blague et cela semble très efficace.On fait bien de l'art thérapie ou de la musicothérapie dans les maisons de retraite ou les hôpitaux psychiatriques,pourquoi pas le jardinothérapie qui remet l'homme au milieu de la nature c'est à dire son élément naturel.On s'est d'ailleurs aperçu que cette thérapie faisait baisser la consommation de médicaments.

Le must étant de coupler les enfants des écoles avec les personnes âgées et déficitaires,cela permet des échanges mais aussi une joie du partage.Les enfants apportent aux personnes âgées une ouverture vers l'extérieur tout en apprenant ou réapprenant le civisme.

La jardinothérapie entraîne aussi le besoin de lecture,de citations , de poèmes,tout en apprenant le langage des fleurs et de la terre.Et même si les Alzheimer oublient,ils comprennent et cela est important.

Qui n'a pas été rempli de plaisir en regardant son potager,qui ne s'est pas senti en communion avec la nature en contemplant les semis "faire route" c'est à dire sortir de terre,comme s' ils revenaient à la vie qui est indiscutablement au-dessus ,la mort étant en-dessous.

Cela me rappelle un vieux Monsieur d'Omissy,un village voisin de Lesdins,mon ami Robert T.. qui non seulement m'a tout appris de la terre mais m'a souvent apaisé dans l'exercice difficile de médecin généraliste;j'allais le voir au cours de ma tournée de visites à domicile toujours chargée,je faisais chez lui un tour de jardin,sa simplicité me faisait du bien,et Poupette ou Princesse ses labradors faisaient le reste.Je pense qu'il avait trouvé dans le jardin une sorte de bonheur suprême.Je me souviens d'une anecdote à son propos:quelqu'un l'avait emmené en bord de mer,au Touquet ou à côté pour un dimanche et le lendemain il m'avait raconté le mauvais souvenir qu'il en avait:lui qui n'avait voyagé que quand il avait été prisonnier en 1940,il avait maudit ce dimanche:"aller faire la queue dans les bouchons sur la route,se retrouver sur une plage pleine à craquer en plein soleil,se faire marcher dessus par les passants, et bien je suis bien mieux et plus tranquille dans mon jardin,à l'ombre du cerisier"me dit-il et je le comprenais,moi qui aimait contempler son potager , comme le mien d'ailleurs:la sagesse personnifiée!!!la sagesse du jardinier.

Le jardin ,qu'il soit floral ou potager,reste un moyen extraordinaire de se sortir d'un présent chargé, angoissant et superficiel, car le jardin est intemporel.Il existe depuis la nuit des temps et a traversé l'histoire sans heurts et toujours avec la même tranquillité en apaisant celle ou celui qui le cultive.Ses vertus thérapeutiques sont maintenant démontrés et , si les anglo-saxons ont un peu d'avance dans ce domaine,les Français s'y mettent.

Demain,cueillette des olives pour obtenir l'huile de l'année

Vive le jardin!!

Un jardin,même tout petit,c'est la porte du paradis

 

Le jardin,c'est la philosophie rendue visible

 

         Erik Orsenna

Partager cet article

Repost0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 21:21


Cet article est paru dans le journal du Conseil Général du Vaucluse et m'a fait rougir (je le montre surtout à tous mes amis de Picardie,car il a été distribué dans toutes les boîtes à lettres du
Vaucluse).Lors d'une inauguration d'un grand rond-point situé à l'entrée du village , avec les huiles compétentes,une journaliste a beaucoup discuté avec moi et a décidé d'en faire un
article(sans prendre de notes) que je trouve très bien tourné malgré quelques erreurs de timing La fonction de Maire doit passer par les canaux des principaux réseaux des collectivités
locales,des Politiques et de l'Administration.J'arrive en fin de mandat et je me rend compte à quel point il est important de connaître tout le monde pour faire avancer ma commune.La future
construction d'un magnifique centre village passe par l'obtention de diverses subventions,aussi bien pour la Mairie que pour le commerce multiservices,mais aussi pour la placette provençale et
les parkings.Et pour obtenir ces subventions il faut connaître tout le monde et avoir tissé une relation de confiance avec les décideurs.Ils détiennent les cordons de la bourse et la sympathie
fait avancer les dossiers beaucoup plus rapidement.Avoir les portables de tous ces responsables permet d'exposer ses projets et de les défendre alors que les dossiers sont souvent sans âme.Je les
remercie tous ici car Puget sur Durance , qui était une commune inconnue au bataillon,fait maintenant partie des communes dynamiques.Bien sûr,il faut une bonne équipe avec soi pour réaliser tous les projets,car un marathon de 6 ans est épuisant.
Je reçois énormément des jeunes couples qui cherchent un
terrain constructible à Puget et j'en suis toujours étonné et interrogateur: pourquoi Puget ? et bien la réponse réside surtout dans les arguments suivants:


-notre magnifique école HQE (Haute Qualité Environnementale) et toute numériques attire les parents


-le centre de loisirs qui n'est pas qu'un mode de garderie mais est aussi un mode d'éducation permet aux parents de laisser leurs enfants de 7h30 à 18h30 tous les jours , toute l'année


-Puget est à mi-distance entre Avignon et Aix en Provence mais aussi entre Marignane (Eurocopter) et Cadarache (Iter)


-Enfin,comme j'ai coutume de le dire , c'est le seul vrai village à la campagne du sud-Luberon ,un village où les associations sont très dynamiques et chacun peut y trouver une activité qui lui convient : randonnées,patchwork,travaux manuels,cuisine,poker,foot,course à pied,bridge,scrabble,soirées cartes,zoumba,guitare,chorale,gymnastique,yoga,activités enfants,,tennis,cours de natation,.........


Alors,jeunes parents,ne venez pas tous à Puget car nous voulons rester un village tranquille et paisible,mais il faut alimenter l'école régulièrement et vous êtes les bienvenus afin que les rires
et les cris de vos enfants égayent les plateaux sportifs et ludiques et que notre magnifique école continue de faire notre renommée.

Numériser 11
 



Partager cet article

Repost0
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 08:10

En voyant les copains disparaître,je me suis  demandé quel était le but de la vie.
Est-on là pour travailler,non je ne le pense pas,car on travaille souvent uniquement pour survivre(je reviendrai sur l'article du Nouvel Obs qui m'a passionné:les métiers qui rendent heureux).Je suis toujours étonné d'entendre ,lors de licenciements collectifs comme dans les abattoirs de Bretagne,les employés dire qu'ils aimaient leur travail.Pour savoir si on aime son travail,il faut se demander si on ferait la même chose sans rémunération.C'est le seul marqueur d'un métier passionnant.J'ai eût la chance d'être passionné par mon métier et je continue de l'être et j'avoue être privilégié.Le travail peut être un moteur,sans plus.

Je pense que ce n'est pas le principal car le principal c'est de "Transmettre". C'est à dire avoir des enfants,car nos enfants et petits enfants nous passionnent car ils ont le même patrimoine génétique que nous.Car je l'ai déjà dit et déjà écrit,les enfants des voisins sont aussi sympas et aussi beaux que les nôtres,mais nous n'avons pas le même attachement.Certains vont trouver cela tout naturel mais tout le monde sait qu'il y a des enfants qui font des misères à leurs parents mais que ceux-ci continuent d'aimer. J'appelle cela l'amour génétique.Combien ai-je vu de femmes stériles dépressives.Combien de couples se séparent ou souffrent car ils ne peuvent pas avoir d'enfant.Car dans ce cas ,la transmission s'arrête et c'est toujours une souffrance et une sensation d'échec de la vie,même si souvent ce sentiment est bien caché.

Et puis,je pense qu'il est plus facile de se regarder dans la glace avant son départ,quand on a fait le bien autour de soi,quand on a donné de soi-même pour faciliter la vie des gens,pour leur venir en aide,pour partager.C'est sans doute le plus grand défi de l'homme(car l'homme n'est pas spontanément bon) : avoir un parcours fait de bonté et d'amitié avant de s'éteindre.Ce n'est pas toujours facile car chacun a ses occupations et ses préoccupations. Mais déjà, par exemple,il est possible d'être sympa avec les autres dans toutes formes de communications,ce qui est un point de départ.Puis ,chacun d'entre nous connaît un "vieux" ou un couple en difficulté ou un malade et il est déjà important de prendre des nouvelles .C'est un début!!

A ce propos,je voudrai mettre à l'honneur tous les bénévoles de la  terre car qu'est-ce qu'un bénévole sinon quelqu'un qui s'occupe d'autrui.Les politiques feraient bien de créer une journée du bénévolat,pour sensibiliser notre jeunesse ;les bénévoles ont besoin de reconnaissance.En dehors de mon métier,dans toutes mes occupations associatives,j'ai été aidé par des bénévoles et j'avoue ne pas les avoir assez remercier;je le regrette car ils ont toutes et tous eût beaucoup de mérite de me supporter.

Enfin ( ou en fin !!) quand la vie s'arrête ou est sur le point de s'arrêter, la question qui vient aux lèvres est souvent la même que l'on soit croyant ou non :ai-je fait un bon parcours, ai-je été humain,ai-je donné assez aux autres,ai-je été un bon père et grand-père ,ai-je été un bon compagnon ?? Voilà les questions existentielles qui sont posées en bout de course,voilà les questions que j'ai souvent entendu dans le secret d'une conversation à deux,une dernière conversation,nécessaire car apaisante.

C'est un départ récent qui m'a fait repenser à tout cela et toutes ces "boîtes" qui se referment emmènent toujours dans la tombe la même question : " ai-je fait un bon parcours ??"

 

La mort c'est comme la fin d'une belle journée,quand le soleil se couche et que les draps de la nuit enveloppent  le corps.

 

                   C'est de moi mais ne le dîtes à personne!!!!!!(exytrait de mon bouquin caché sous mon matelas)

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 07:35

J'ai été étonné mais aussi consterné par l'espionnage des USA .Rendez vous compte : 70 millions d'espionnages informatiques en moins d'un mois,rien que sur la France , mais surtout,7 millions d'écoutes le 24 décembre 2012!!!!
Que peut-on écouter le jour du réveillon de Noël ???je vous fais une petite brochette de coups de téléphone,de SMS et autre mails de ce fameux soir:
-avez-vous mis vos chaussures devant le sapin  les enfants?
-Maman,combien de temps faut-il cuire mon gigot d'agneau qui pèse 2kg? 10 minutes par livre pour l'avoir saignant,et bien merci.
-peux-tu ramener la bûche en passant devant le pâtissier ?
-j'ai oublié d'acheter des marrons pour la dinde,peux-tu en ramener ?
-nous sommes au ski et grande nouvelle,il y a de la neige
Ou bien plus intime:
-je te souhaite un bon Noël maman
-nous te prendrons pour aller à la messe de minuit
Etc...etc...
Qu'elle misère !!!Que vont faire Les USA de toutes ces données hautement "confidentielles"? Peut-être ont-ils enregistré les conversations de Leonarda ????? Où les miennes? Je me souviens avoir téléphoné en urgence à mon boulanger parce qu'il me manquait des toasts pour le foie gras !! C'est sans doute une chose très importante pour la NSA , l'espionnage américain.
Je pensais naïvement que la guerre froide était terminée ,mais sans doute me suis-je trompé ?
Bien sûr ,je tourne tout cela à l'humour car cela ne vaut pas plus.Ecouter et cibler le terrorisme,d'accord,mais tout écouter c'est violer l'intimité des gens,où va t-on?
Le mur des mots enregistrés,qui va sans doute monter jusqu'au ciel,va isoler les maîtres du monde dont toute la terre va se méfier dorénavant.
Je plains les personnes chargées de trier ces données car 70 millions de données en moins d'un mois me paraissent impossible à traiter.
Je ne retiens qu'une chose de tout cela : j'ai intérêt à faire attention de ne pas divulguer mes codes de carte bleue !!!! Car Big Brother nous écoute.
Pour finir cet article,je dirai que l'évolution du monde va se faire sans doute sur le "tout vidéo " le" tout écouté ", le" tout entendre et le tout voir" Certains me diront que si l'on n'a rien à cacher cela n'a pas d'importance et ils ont sans doute raison mais le principe me déroute et me déplaît mais je suis un vieux jeu,un homme de principe et de conviction,la conviction de la nécessaire confidentialité de la vie et de la pensée

 

Rien ne pèse tant qu'un secret ;

Le porter loin est difficile aux dames,

Et je sais même sur ce fait

Bon nombre d'hommes qui sont femmes.

         Jean de la Fontaine

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 07:17

Pour vous changer de mes articles d'opinion , je vousdrai que vous écoutiez un de mes sketchs de jeunesse favori.J'ai adoré Bernard Haller au théâtre mais ce sketch montre toute la solitude de l'artiste qui répète et répète encore les mêmes morceaux et qui, quand il n'est pas en forme,se pose des questions existentielles. Mettez plein écran et écoutez.

 

 

Nous avons tous été confrontés à des réunions qui n'en finissent pas et où l'on s'ennuie en laissant vagabonder sa pensée qui semble quelquefois très décalée .Tout à coup on atterrit sur un sujet qui ne semble pas nous concerner,le rêve se dissipe et la réalité redevient morose.Et à chaque fois je me rappelle Bernard Haller et de son humour décapant.Qui n'a pas vu ses pensées lui échapper du style:que fais-je là ? ou bien , je me demande comment serait le chauve de droite avec des cheveux !! ou encore,comment se comporte cette dame très autoritaire chez elle !!

En réalité il faut au minimum de l'intérêt mais aussi quelquefois de la passion pour résister à l'ennui qui nous guette.Ne dit-on pas que la passion fait vivre l'homme et que la sagesse le fait durer.Cette sagesse qui nous fait rester jusque la fin d'une conférence qui est pour nous sans intérêt,car tout ce qui n'est pas cousin de la passion débouche assez rapidement sur l'ennui.

 

 

Je suis capable du meilleur comme du pire mais dans le pire c'est moi le meilleur.

 

                                          Coluche

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 20:24

L'épisode de la condamnation du papa qui a donné la fessée à son fils m'inspire.Né en 1946, j'ai eu la chance de traverser une des périodes les plus fastes de l'histoire mais aussi une période pendant laquelle on a vu se déliter l'autorité.

Tout permettre à ses enfants ne leur rend pas service comme d'ailleurs le fait de les défendre bec et ongles par exemple pendant la période scolaire.

Je ne vais pas vous raconter ma vie et dire que c'était mieux avant mais je voudrai vous donner 2 exemples:

tout d'abord le mien:mes parents étaient modernes et j'ai pu faire à peu près tout ce que j'ai voulu mais à une seule condition : celle de travailler à l'école et d'être poli.Je suis parti en Angleterre , main dans la main avec ma soeur, à l'âge de 14 ans,avec un billet pour traverser la Manche,sans adresse et avec peu d'argent.Vous voyez que la permissivité de mes parents était au zénith , mais c'était une autre époque.Mais je vais aussi vous montrer comment se passait l'école ainsi que le bulletin scolaire.J'ai retrouvé mon livret scolaire de CE2 qui m'a vraiment beaucoup amusé.

Je vous met quelques photocopies de mon livret scolaire;vous pouvez voir que j'étais premier au début(en octobre)puis cela se dégrade ,deuxième puis troisième puis septième et  ma Maman inscrit alors sur le livret qu'elle va me punir sévérement; le mois d'après j'étais redevenu premier.La séquence va se répéter sur tous mes livrets scolaires et je remercie mes parents pour leur autorité et les punitions qui m'ont remis les idées en place.(vous remarquerez mes notes de conduite)

Regardez !! attention,on ne rit pas !!

Numeriser.jpeg

Numériser 2

Numériser 3

Ces 3 photocopies sont révélatrices, de moi bien sûr et mon esprit dissipé,mais aussi de l'importance de l'autorité et de l'éducation des parents ,ce qui va à vau-l'eau de nos jours.Chahuter,faire des farces, OUI, mais manquer de respect aux autres,NON,mes chers parents n'auraient pas supporté.

Le deuxième exemple vient de mon fils que j'avais emmené en Allemagne voir un vieux copain rencontré en Angleterre.Il avait 2 enfants à qui tout était permis et ils étaient devenus des esclaves.Au retour,mon fils qui était pourtant taquin (il avait 10 ans) me fit remarquer qu'il ne pourrait pas supporter ce genre d'enfants "rois".

Ces 2 exemples illustrent l'évolution de notre société.Nous avons vécu une période très autoritaire,sans doute trop autoritaire ( je me souviens des tornioles pris par les pions du lycée et croyez moi,pour un gamin de 11 ans qui ne rentrait chez lui que tous les 15 jours c'était dur) et puis il y a eût 2 événements importants:  MAI 68 et Françoise Dolto.Et ,insidieusement,la permissivité est entrée dans notre société,avec des parents protégeant leur progéniture et on est passé ainsi à l'enfant roi,l'enfant qui,quelquefois,terrorise les familles.Il y eût ensuite la crise et la perte de l'ascenseur social qui fit que les parents ont peur que leurs enfants fassent moins bien qu'eux ,alors ils pratiquent la protection à outrance et le coocooning.

Je comprend tout cela ,il faut que les enfants s'envolent et se frottent aux adultes et aux copains,qu'ils découvrent la vie,qu'ils s'agitent,qu'ils fassent des expériences,mais tout doit être fait dans un cadre : celui de l'éducation qui permet la vie en société qu'elle soit professionnelle ou familiale.

En réalité, Autorité,Permissivité et Education peuvent aller de pair et même doivent aller de pair pour que nos enfants et petits enfants puissent trouver leurs marques,en sachant où est la ligne rouge à ne pas franchir,tout en croquant la vie à pleines dents.L'autorité seule et arbitraire est à proscrire mais si elle se fait dans l'explication,elle est acceptée et elle est salutaire.A l'inverse trop de permissivité dénature les obligations du rapport humain mais dans tous les cas il doit y avoir un dénominateur commun : l'éducation des parents.

 

Rien de rehausse l'autorité mieux que le silence, splendeur et refuge des faibles.

 

                         Charles de Gaulle

 

 

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 05:19

C'est le diagnostic d'un psy cher à mon coeur avec qui j'ai souvent de longues conversations existentielles.J'ai passé ma vie à m'occuper des autres: la médecine,les associations,ma famille,mes amis et depuis 5 ans et demie,la Mairie.Tout le monde a l'habitude qu'Alain demande des nouvelles!!!!Certes,tout cela a été mêlé de sports et d'aventures mais j'avoue que les "autres" m'ont toujours intéressé.

Vous me direz que c'est parceque je le veux bien et comme m'a dit un jour un administré:"vous l'avez cherché" oui c'est vrai et il est indiscutable que jusqu'à présent j'y avais trouvé mon bonheur,car se donner aux autres remplit le coeur de joie et de bien être et c'est sans doute une thérapie comme une autre.

Mais la vie s'écoule rapidement et les années de bonheur,les années de projet,les années de bonne santé vont devenir rares.Alors peut être faut-il devenir égoïste pour se protéger et pour profiter des derniers instants.Il me reste tant de choses à faire,tant de lectures,tant de voyages,tant de découvertes à faire.Et puis il y a les rencontres qui enrichissent et où que j'aille ,dans quelque pays que ce soit,je parle, j'interroge,j'affirme ma curiosité naturelle.Les parcours des autres,j'ai déjà eu l'occasion de le dire, m'intéressent au plus haut point.

J'ai eu il y a quelques mois un coup de téléphone d'une jeune et ancienne patiente que j'avais connu enfant et qui a maintenant 18 ans pour me dire que si elle faisait médecine , c'était pour me copier (content le père Sage!!),et elle me demandait un conseil pour faire sa médecine.Ma réponse a été instantanée:"il faut aimer les gens "!!!! chez toute personne il y a du bon,d'où qu'elle vienne,et quelle que soit son parcours.Il suffit de s'adresser à cette partie de son cerveau pour y trouver un point de départ vers l'amélioration.C'est la fameuse "substantifique moëlle " de Montaigne qui contient toujours,je dis bien toujours une dose de bonté.

Alors ,m'a dit mon fils :"tu dois apprendre à devenir égoïste" . C'est une véritable rééducation quand on ne se sent bien qu'avec les autres.Je me suis longtemps demandé si cette manière d'être n'était pas pour moi une manière de me mettre en valeur car j'avoue avoir toujours essayé de comprendre pourquoi certains ne m'aimaient pas.Je ne le pense pas car je le répète les autres m'intéressent.Moi au contraire,je suis toujours atteint du  "syndrome de Stockolm" qui fait que je trouve toujours des excuses et des qualités à mes détracteurs,même les plus féroces et les plus méchants.

Après quelques années de galère après mon accident de moto,j'ai envie de reprendre mon bâton de pélerin.J'envie Avel Kahn,généticien bien connu, qui a eu le courage de tout quitter pour parcourir la France à pied et faire des rencontres.Je suistrès frappé,au cours de mes consultations à Médecins du Monde,de voir comment "l'homme" est malmené dans la misère,ressemblant à un animal blessé,traqué mais aussi humilié.Je pense que je ne peux pas continuer sans le dénoncer.(ah, m.... ,je n'arrive pas à devenir égoïste)

Je vous prépare un sujet (à la mode en ce moment de crise comme dans les années 30)sur les autres : les Roms,les Arabes,les Noirs,les Juifs,mais aussi les pauvres,les malades,etc..... autrement dit" l'étranger" , qui est pour moi celui qui est différent,celui qui fait peur,mais surtout celui que l'on rend responsable de son infortune!!!! bref,tous ces gens que je rencontre dans mon bureau MDM depuis quelques années ,qui m'enrichissent et qui marchent quand même la tête haute malgré leurs tourments.C'est toujours ,à chaque consultation pour moi une véritable leçon de vie.

 

Le véritable égoïste accepte même que les autres soient heureux,s'ils le sont à cause de lui.

 

                     Jules Renard

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 05:56

J'ai vraiment un faible pour la lumière du soir,qui,rasant les montagnes,vient éclairer les roches et les pins.Notre village,Puget sur Durance,se trouve au pied du Luberon et devant la Durance et est complétement intégré dans une pinède faite de pins d'Alep.Contrairement à ce que l'on pourrait penser ,la Syrie étant actuellement au centre du monde,le pin d'Alep ne vient pas de Syrie.C'est son cousin le pin Brutia qui entoure les furieux combats d'Alep.Il est souvent tortueux car soumis au mistral et aime les sols calcaires et s'accroche facilement aux falaises ,créant un magnifique relief,en particulier au soleil couchant.

Pour moi,cette lumière du soir est apaisante et participe souvent au retour du calme après une journée agitée.N'oublions pas que nous avons 300 jours de soleil minimum par an et chaque soir je guette l'apparition du soleil couchant dans les pins,les couleurs étant toujours différentes,allant souvent vers un rougissement annonçant une belle journée du lendemain.La balade en tandem est alors toujours un bon moment.Je n'ai pas l'impression d'habiter sur la même planète que celle décrite aux informations qui passent leur temps à terroriser les foules,même ceux qui habitent un village privilégié comme est Puget sur Durance.Quel décalage et même si certains sont dans la difficulté ,je conseille une promenade dans le massif quand le soleil rase les collines,les roches et les pins pour finir par embraser le ciel.Un spectacle qui permet un apaisement instantané et durable.La Provence intérieure,très différente de la Côte d'Azur,présente un paysage grandiose mais très sauvage,très sauvage.Savez-vous que je ne rencontre jamais personne lors de nos sorties et je ne m'en plains pas mais je m'interroge: où sont les promeneurs ? je pense qu'ils sont devant la télévision à écouter l'agitation du monde en boucle.Bien sûr je suis sensible aussi aux soubresauts des peuples,aux misères de nos compatriotes mais également du monde qui ressemble actuellement à un véritable chaudron prêt à exploser.Mais il faut aussi raison garder et profiter de ce que nous donne Dame Nature car ceci nous permet de baisser la pression et de remettre l'homme à sa vraie dimension: celle d'un animal qui se bat pour survivre en écrasant l'autre,le plus faible ou l'étranger.

Alors,chers amis,sortez en soirée et respirez en regardant la nature.Cela vaut toujours un somnifère!!!

ccccc-2404.JPG

ccccc-2408.JPG

ccccc-2407.JPG

ccccc-0068.JPG

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 21:15

Certains me repprochent souvent ma recherche de consensus qui est pour moi la seule solution pour diriger un village.J'ai,dans ma vie,participé à de nombreuses associations que j'ai quelques fois créé et ma fibre reste toujours associative.Mon souhait ,durant ce mandat qui s'achève,a été de diriger le Conseil Municipal comme une association c'est à dire avec un esprit fraternel.Je termine mon mandat et il est temps de faire le bilan,non pas le bilan de ce qui a été fait pour la commune,mais le bilan des rapports humains.

Les obstacles furent nombreux car les opinions politiques au sein du conseil sont multiples,comme les âges et les situations sociales mais j'ai longtemps revendiqué ces réunions où l'esprit associatif soufflait jusqu'au début de la nuit avec quelques fois un joyeux brouhaha.

Ce fut souvent (pas toujours) une belle ambiance telle que je les aime.J'ai toujours voulu que la Mairie soit un lieu de rencontres et ce fut le cas au delà de mes espérances puisque le thé,les chocolats et les gâteaux ainsi que les fruits en saison étaient toujours à disposition.

Je reviens au consensus: on m'a souvent dit et répété (et reproché)que pour moi " tout le monde est beau et tout le monde il est gentil" en se moquant de mon manque d'autorité.Et bien oui , je le revendique car dans un petit village,si vous vous disputez avec les employés de Mairie,avec les conseillers,avec les habitants,quelle est la solution après ? continuer dans une mauvaise ambiance ? faire preuve d'autoritarisme nous donne t-il raison ? pour ma part je préfère de loin la négociation ,même si pour certains c'est faire preuve de faiblesse.Je ne crois pas que je sois faible,je pense que je suis souvent arrivé à mes fins en discutant.Je pense ,au contraire , que l'autoritarisme est une preuve de faiblesse car il évite la négociation et la remise en question de ses propres idées.

Bien sûr il a fallu quelques fois trancher car une discussion ne peut être sans fin,mais que dire des personnes qui décident sans discuter,sans négocier ? mes idées ont quelquefois été mises en minorité mais c'est la démocratie même si dans ces cas-là on est persuadé d'avoir raison et que l'on enrage que l'on nous donne tort.

Bref,ce ne fut pas facile car un médecin qui vit ses journées en tête à tête dans son cabinet est peu habitué à gérer des groupes.J'ai sans aucun doute fait des erreurs mais je ne regrette pas mon attitude car la rigidité est source de conflits et je n'aime pas les conflits qui sont souvent stériles et qui accouchent souvent d'une souris.

La vie est courte,de plus en plus courte...... (vous me comprenez) et vouloir diriger avec autoritarisme m'aurait pourri la vie car chaque conflit m'empêche de dormir ,me met mal à l'aise et me fait ruminer car j'y vois toujours ma responsabilité par une mauvaise gestion du groupe.On ne change pas sa nature profonde et je ne regrette rien de mon attitude.

 

Ne négocions jamais avec nos peurs .mais n'ayons jamais peur de négocier.

 

                   John Fitzgerald Kennedy

 

 

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 21:15

La vulgarité est sans aucun doute le caractère de quelqu'un qui manque de distinction ou d'élégance. 

La vulgarité veut dire étymologiquement : ce qui vient du peuple, c'est donc ce qui est commun, familier, éventuellement grossier, il vient du latin "vulgus" qui signifie "bas peuple". Sous l'Ancien Régime, l'expression " vulgaire " était utilisée pour désigner les hommes du peuple qui n'avait pas acquis les bonnes manières propres à l'élite.
On peut donc se demander si la vulgarité est une question de classe sociale.Et bien NON évidemment car la vulgarité se rencontre dans toutes les classes sociales.Exhiber sa richesse peut être très vulgaire,vouloir "péter plus haut que son c.." est sans aucun doute aussi un signe de vulgarité qui se distingue de la grossiéreté car, si cette dernière est fracassante mais curable,la vulgarité est insidieuse et  très enracinée et je pense que la différence est vraiment dans ces derniers termes.Personnellement,je peux être grossier comme le sont souvent les "carabins" (les chansons paillardes en témoignent) mais j'essaie de ne jamais être vulgaire car c'est pour moi un respect dû aux autres.Je ne prétend pas "laver plus blanc" mais il est bon d'essayer .Car la vulgarité menace la dignité de l'autre et pour ma part c'est synonyme d'une véritable infirmité de l'âme.On comprend là toute la différence avec l'élégance qui est dans l'écoute,dans la sensibilité,dans la bienveillance,et même dans l'amour des autres.

Mais l'élégance est souvent aussi complexe , car elle signifie le soin mais aussi la désinvolture,le rigide mais aussi le grâcieux,la justesse et le flou etc..etc.. car l'élégance n'est pas seulement une manière d'être ;c'est surtout une manière de se comporter avec le respect d'autrui.Elégance vient du mot latin"electus" qui veut dire "choisi" car dans l'élégance tout est dans le choix:bien sûr dans l'habillement qui est la notion d'élégance la plus connue mais aussi et surtout dans le choix du comportement dans la société en n'écrasant pas les autres,en étant à l'écoute,vraiment à l'écoute.Je répète à l'envi qu'il y a chez tout être humain,quel qu'il soit et d'où qu'il vienne,toujours quelque chose de bon et c'est cela qui donne toute sa dimension à la relation humaine.

Téléréalité,magazines people,émissions trash,étalage de l'intimité sur la scène publique,banalisation de l'obscénité et du vocabulaire ordurier jusqu'au plus haut niveau politique donnent un exemple déplorable à toute une génération et banalisent la vulgarité.Qu'il est agréable de nos jours d'écouter l'interview d'un politique élégant.Cela devient rare,très rare car ils manquent à peu près tous de charisme et d'élégance.

Quel gâchis!!!!!

Je vous met 2 citations pour le prix d'une .Je ne connais pas l'auteur de la première que je trouve savoureuse.

 

Une femme doit être assez cultivée pour séduire les hommes stupides et assez vulgaire pour plaire aux hommes intelligents.

 

Le sage s'interroge sur lui-même, l'homme vulgaire interroge les autres.
   
                           proverbe mandchou

 

 

Partager cet article

Repost0

Ma citation

De mes erreurs de jeunesse,ce qui me contrarie le plus n'est pas de les avoir commises mais de ne plus pouvoir les refaire

Philosophie personnelle

Que la dérision nous apporte la légéreté,la modestie et la réflexion sur le sens de notre vie.
                                Juju